Roger Federer
La beauté du geste

Rolex et le tennis

Au-delà de son palmarès, on retient de Roger Federer l’élégance, la persévérance et l’humilité

Open d’Australie Roger Federer

L’éloge de la maîtrise

Vingt trophées du Grand Chelem®, six ATP Finals, plus de 1200 matchs remportés, deux médailles olympiques, une Coupe Davis, 310 semaines à la place de N°1 mondial… tel est le palmarès de Roger Federer.

À ses débuts professionnels, alors qu’il est classé parmi les 100 meilleurs joueurs du monde, Roger Federer est de son propre aveu un athlète très impatient et parfois même colérique. Il décide, comme il le dit, « de devenir son meilleur ami ». Le champion apprend ainsi à gérer la pression et à montrer un grand respect pour le jeu. Il remporte son premier tournoi du Grand Chelem® en 2003.

Du joueur suisse, on retient aussi son attitude sur le court, son élégance et sa capacité à se remettre en question pour faire sans cesse évoluer son jeu. Des qualités qui lui ont permis de traverser les époques et de se maintenir au sommet pendant plus de 15 ans.

L’art de s’adapter

Si la dimension stratégique est essentielle dans la carrière de Roger Federer, la technique l’est tout autant. Sa quête incessante d’excellence lui a permis d’adapter son jeu en fonction de l’évolution de sa condition physique.

Saison après saison, Roger Federer a réinventé son tennis pour rester compétitif au plus haut niveau. Il a bâti sa carrière sur le socle de son talent naturel, mais c’est au prix d’efforts constants qu’il a su en maîtriser tous les paramètres pour entrer dans l’Histoire.

Il décide, comme il le dit, « de devenir son meilleur ami ».

Citation Roger Federer

L’HÉRITAGE DE ROGER FEDERER EST PERPÉTUEL. ET AUCUN NOMBRE NE DIRA JAMAIS LE CONTRAIRE.

Partagez cette page