Le joueur de golf professionnel américain Jack Nicklaus est considéré comme l’un des plus grands talents que ce sport ait connu. Il détient le record de 18 victoires en Majeur. En 1966, il devient le premier joueur à remporter le Masters deux ans de suite, un exploit qui le place directement dans l’élite du golf. Il forme alors avec Arnold Palmer et Gary Player un trio surnommé « The Big Three ». Plus de cinquante ans après l’avoir passée au poignet pour la première fois, Jack Nicklaus porte toujours sa Day-Date, témoin unique de cette carrière qui a marqué à jamais l’histoire du golf.

Le golf est un sport individuel dans lequel on est le seul responsable de ses actions. Ce n’est pas un sport collectif. C’est un sport qui, quoi que l’on fasse, est le résultat de nos propres efforts et c’est à nous-mêmes que nous devons nos victoires et nos échecs. Il faut faire de son mieux en combinant intégrité et fair-play.

En 1966, j’étais marié, j’avais trois enfants et j’ai remporté le Grand Chelem de golf, je nageais en plein rêve. Arnold Palmer, Gary Player et moi dominions le golf à l’époque, c'est d'ailleurs à ce moment-là qu'on a commencé à nous appeler les « Big Three ». On ne cherchait pas à briller plus que les autres, ce n’était pas réellement important. Nous voulions uniquement gagner et devenir le « Big One » et c’est pour cela que notre compétition était si féroce. Cependant, je pense que nous étions plus forts unis que séparés. Nous avons concouru aux mêmes épreuves, nous avons dîné, joué, voyagé ensemble et nous étions tous les trois très amis. Si l’un de nous était en difficulté, nous allions le secourir. Nous nous soutenions les uns les autres. Je pense que mon admiration et mon respect pour Arnold Palmer et Gary Player ont joué un rôle décisif dans ma carrière. Ils ont été mes contemporains, mais également mes sources d’inspiration. Je pense que les « Big Three » ont grandement contribué à l’amélioration du golf.

Cette même année, nous étions aux matchs de la Canada Cup, à Tokyo. Arnold, Gary et moi sommes allés à un cocktail organisé par Rolex et j’ai reçu une Rolex en guise de remerciement. J’ai choisi cette Day-Date « dorée » car Gary Player, qui avait déjà une Rolex à l’époque, me l’avait recommandée. Je l’ai portée partout depuis, où que je me sois rendu. Cette montre a vu tous les tournois que j’ai remportés, tous les honneurs que j’ai reçus de par le monde, elle a été à de nombreux endroits de marque. Il s’agit de ma première montre ; j’ai d’autres montres, j’ai eu bien d’autres montres, mais c’est la seule qu’il m’arrive de porter.

Cette montre a vu tous les tournois que j’ai remportés, tous les honneurs que j’ai reçus de par le monde, elle a été à de nombreux endroits de marque.

Cette montre a été avec moi pour une longue période et elle m’a vu sous différents jours. Elle est un important témoignage de la carrière de Jack Nicklaus et certains collectionneurs aimeraient acquérir cet objet porteur d’histoire. Nous allons la vendre aux enchères, probablement au cours de l’année prochaine, et si cela fonctionne, j’espère que nous lui forgerons une belle histoire. Je souhaite en faire bénéficier une association caritative : j’aimerais qu’elle revienne à la Nicklaus Children’s Healthcare Foundation. Elle sera alors utile à des milliers d'enfants et beaucoup arboreront un sourire sur leur visage.

Je pense que cette montre en a vu autant que toute autre montre portée par une personne. C’est une vieille amie, une vieille amie débordante de joie.

Il me semble que nous aspirons tous à la longévité. Nous sommes en quête de stabilité dans nos vies. J’ai porté cette montre durant 51 ans, j’ai été marié pendant 58 ans et voici maintenant 48 ans que nous habitons dans la même maison. Je ne suis pas un adepte des grands changements, j’aime la stabilité. Je pense que cette montre en a vu autant que toute autre montre portée par une personne. C’est une vieille amie, une vieille amie débordante de joie.

LA MONTRE DE JACK NICKLAUS

Oyster Perpetual Day-Date