MISE À JOUR DE NAVIGATEUR REQUISE

Bienvenue sur rolex.com. Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, rolex.com nécessite un navigateur mis à jour. Veuillez utiliser un navigateur récent afin de naviguer sur notre site.

Suivez Rolex sur WeChat en scannant le code QR.

Tom Kristensen

Chaque Rolex a son histoire

Le pilote d’endurance Tom Kristensen grandit dans un petit village danois. Sa destinée est toute tracée grâce à son père, gérant d’une station-service et pilote de course. Après un début de carrière au Japon, il est invité en 1997 aux 24 Heures du Mans, quatre jours avant le départ. Il en sort triomphant, un record en poche. En 2000, après deux années moins fructueuses, Tom Kristensen remporte à nouveau les 24 Heures du Mans et acquiert son Cosmograph Daytona, la « montre du pilote », pour célébrer sa victoire. Vainqueur de cette course les cinq années suivantes, il entre dans l’histoire des sports automobiles.

Every Rolex Tells a Story - Tom Kristensen

« Quand on a un grand rêve et qu’on fait ce qu’on aime, ça a des chances de bien fonctionner. »

Je me rappelle avoir vu une course automobile pour la première fois depuis ma poussette : ma mère s’occupait de moi et mon père participait à la course. J’ai été séduit par cette discipline dès que j’ai commencé le pilotage : je me souviens très bien des premiers mètres que j’ai parcourus en go-kart... La liberté, l’intensité, l’attention... Mais il s’est rapidement agi de repousser mes limites et de jouer avec elles.  

La première fois que j’ai pris part aux 24 Heures du Mans en 1997, je me suis senti envahi d’ondes positives, de nervosité et d’adrénaline : je pense qu’il s’agissait là du mélange parfait. Jeune, je ne rêvais même pas d’entendre parler de courses, car c’était si loin de ma petite station-service autour de laquelle je tournais dans ma petite voiture. Mais quand on a un grand rêve et qu’on fait ce qu’on aime, ça a des chances de bien fonctionner.

Après ma victoire en 1997, j’ai eu deux ans marqués par la défaite et c’est en 1999 aux 24 Heures du Mans que j’ai eu la plus grande avance de ma vie, presque quatre tours. C’est alors que ma voiture est tombée en panne. Cette panne est la plus grande déception de ma carrière. Il est néanmoins très important de se relever quand on est tombé au sol. On peut remporter une fois les 24 Heures du Mans, mais une deuxième victoire revêt beaucoup d’importance et j’ai gagné en maturité. J’ai toujours été quelqu’un de compétitif, mais jamais auparavant je n’avais eu une telle soif de victoire, de regagner du terrain. La victoire que j’ai remportée en 2000 a été incroyablement décisive pour moi, et ça a été la première d’une série de six victoires consécutives.

On me demande ce que j’apprécie le plus, rouler pendant 24 heures ou remporter la course. Je peux affirmer que si on ne sait pas apprécier de rouler pendant 24 heures et toute la préparation que cela requiert, si on ne profite pas de chacun de ces moments, on ne peut pas remporter la victoire. Je suis persuadé que les personnes avec lesquelles j’ai collaboré au Mans, mes coéquipiers, les mécaniciens ou les ingénieurs, ont appris une leçon de vie : si on investit beaucoup d’énergie et qu’on fournit de gros efforts, si on persiste, cela portera ses fruits. C’est la seule façon d’en tirer quelque chose.

« La victoire que j’ai remportée en 2000 a été incroyablement décisive pour moi, et ça a été la première d’une série de six victoires consécutives. »

Certaines choses paraissent inaccessibles, mais quand elles arrivent enfin, elles sont précieuses à vos yeux et vous ne voulez pas vous en défaire. Obtenir cette seconde victoire après deux ans de défaites devait être célébré d’une façon ou d’une autre. Je voulais m’accrocher à ce moment et le garder avec moi pour toujours ; j’ai donc décidé de me récompenser avec la montre ultime du pilote, la Rolex Daytona.

La montre Rolex de Mark Webber

Je viens d’un milieu modeste et dépenser mes économies pour une Rolex Daytona était un véritable investissement. Gagner une montre s’avère être une belle surprise de bien des façons, mais c’est acheter sa propre montre qui est une récompense véritable.

« Je voulais m’accrocher à ce moment et le garder avec moi pour toujours ; j’ai donc décidé de me récompenser avec la montre ultime du pilote, la Rolex Daytona. »

Ma Rolex Daytona est gravée de la mention « 2000 » et cela me transporte à l’époque de cette course et vers ce que cette montre symbolise : une performance marquante, un esprit d’équipe unique, un moment très particulier de ma vie.