MISE À JOUR DE NAVIGATEUR REQUISE

Bienvenue sur rolex.com. Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, rolex.com nécessite un navigateur mis à jour. Veuillez utiliser un navigateur récent afin de naviguer sur notre site.

Suivez Rolex sur WeChat en scannant le code QR.

Lara Gut

CHAQUE ROLEX A SON HISTOIRE

La championne suisse de ski alpin Lara Gut a fait son entrée sur la scène internationale à l’âge de 16 ans et est depuis lors devenue l’une des figures de proue de sa discipline. En 2008, elle est la plus jeune skieuse à remporter une course à la Coupe du Monde de Super-G. La saison 2015-2016 marque un sommet dans sa carrière : elle remporte alors deux globes de cristal ainsi que son tout premier titre en Coupe du Monde. Malgré une ancienne blessure et beaucoup de pression, Lara Gut a brillé dès la saison suivante en sortant victorieuse d’un slalom géant des plus impressionnants à Sölden. Sa montre Rolex lui rappelle sa victoire et, bien plus encore, la précieuse leçon qu’elle a apprise ce jour-là.

Every Rolex Tells a Story - Lara Gut

« Le rôle d’un champion est de montrer aux autres comment ils peuvent s’améliorer et se surpasser. »

Je dois ma première paire de skis à ma tante ; elle me l’a offerte au printemps, pour mon premier anniversaire. On m’a raconté que j’avais passé tout l’été à me promener avec mes skis aux pieds dans le jardin. Quand l’hiver est arrivé, j’étais prête à skier ! J’ai toujours adoré skier, c’était très naturel pour moi. Un jour, j’ai réalisé que j’étais en train de concourir à la Coupe du Monde, sans avoir compris comment ça avait pu se produire, mais j’en ai bien profité.

Il existe une grande différence entre être skieuse et être skieuse professionnelle. Quand on est enfant, on va seulement skier, mais quand on participe à une Coupe du Monde ou qu’on parvient à un niveau professionnel, le ski revêt bien des aspects différents. C’est le plus gros problème que j’ai rencontré au début de ma carrière, cela représentait tellement et tous les yeux étaient braqués sur moi. J’avais 16 ans pour ma première Coupe du Monde ; je ne savais pas encore comment réagir à tout cela. À 15 ans, je me contentais de skier, et un an plus tard le monde entier s’était fait une opinion de moi.

Le rôle d’un champion est de montrer aux autres comment ils peuvent s’améliorer et se surpasser. Mes parents étaient forts et m’ont aidée en me disant ces mots : « Tu dois faire ce qui te plaît, savoir ce que tu veux et te battre pour y parvenir ». Je pense que la clé du succès est de conjuguer tous ces éléments : il faut se battre, s’entraîner, se reposer, croire en soi et être entouré des bonnes personnes, car seul on ne peut aller nulle part. C’est cette combinaison qui fait la différence.

Lara Gut's Rolex watch

J’ai remporté la Coupe du Monde pour la première fois en 2016 et j’ai pu remporter le globe en Suisse après plus de 20 ans. J’étais transportée, car j’avais le sentiment que toutes les personnes qui avaient travaillé avec moi avaient contribué à mon succès.

En arrivant à Sölden la saison suivante, j’étais vraiment en difficulté. En effet, la semaine précédant la course, je m’étais imposé une terrible pression. Je me suis dit que j’avais un titre à présent et que j’étais supposée être meilleure. Que faire ? La veille de la course, une autre concurrente m’a dit qu’il me suffirait de skier. J’ai alors compris la force de notre esprit : on peut être victorieux en toute chose si notre esprit est confiant, mais on peut aussi tout perdre si on se torture... Votre esprit peut être votre pire ennemi comme votre meilleur ami. Sölden était donc un grand défi pour moi, mais je suis heureuse de l’avoir relevé car j’en ai tiré tellement de choses, et tout a été plus simple par la suite.

« J’ai alors compris la force de notre esprit : on peut être victorieux en toute chose si notre esprit est confiant, mais on peut aussi tout perdre si on se torture... »

Sur ma montre a été gravée la date du 22 octobre 2016, la date de ma victoire à Sölden. J’avais vu cette montre des années auparavant et j’ai pensé que je me la procurerais pour une occasion particulière. À Sölden, j’ai eu le sentiment qu’elle m’attendait depuis des mois, des années. Mais je devais attendre le bon moment. C’était l’occasion parfaite d’acquérir quelque chose qui me rappellerait cette course et la leçon que j’en ai tirée ce jour-là.

Je pense qu’il est important d’avoir des points de repère dans sa vie, et les victoires ne sont pas les seules choses qui nous transforment. Mon père m’a appris que ce n’est pas le résultat qui fait la différence, mais le processus. Cette montre représente le processus. Elle me rappelle qui j’étais avant et me montre qui je suis à présent. J’ai appris de nouvelles choses, et à partir de ces leçons on peut changer sa vie, s’améliorer et avancer. On peut donc dire que cette montre ne me rappelle pas uniquement ma victoire : elle me rappelle également mes sentiments et tout ce qui touche à Sölden. Une victoire dure une journée, puis s’estompe. Une leçon peut vous servir tout au long de votre vie.

« On peut donc dire que cette montre ne me rappelle pas uniquement ma victoire : elle me rappelle également mes sentiments et tout ce qui touche à Sölden. »