MISE À JOUR DE NAVIGATEUR REQUISE

Bienvenue sur rolex.com. Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, rolex.com nécessite un navigateur mis à jour. Veuillez utiliser un navigateur récent afin de naviguer sur notre site.

Suivez Rolex sur WeChat en scannant le code QR.

Garbiñe Muguruza

CHAQUE ROLEX A SON HISTOIRE

À l’âge de cinq ans, la joueuse de tennis hispano-vénézuelienne, Garbiñe Muguruza, a pu mesurer le dévouement de ses parents quand ces derniers ont décidé d'immigrer afin de soutenir la carrière de leur fille. En 2014, 16 ans plus tard, Garbiñe Muguruza commence enfin son ascension fulgurante. Elle achète sa première Rolex après cette année fructueuse, en souvenir de son entrée dans le top 20 : ses efforts ont fini par être récompensés.

Every Rolex Tells A Story – Garbiñe Muguruza

« À chaque fois que j’entre sur le court, je sais que je dois être forte. Il arrive un moment où il faut dépasser ses appréhensions. Avoir des peurs est une bonne chose, cela nous rappelle ce que nous voulons vraiment. J’aime gagner, être sur le court et jouer avec un esprit de compétition. »

Ma famille a consenti à de gros sacrifices en quittant le Venezuela pour l’Espagne quand j’ai eu cinq ans. Mes parents ont abandonné tout ce qu’ils avaient pour que je puisse devenir joueuse de tennis professionnelle. J’ai appris que rien ne s’obtient sans effort et sacrifice.  

« Mes parents ont abandonné tout ce qu’ils avaient pour que je puisse devenir joueuse de tennis professionnelle. J’ai appris que rien ne s’obtient sans effort et sacrifice. »

La route a été longue jusqu’à ce que je perce dans le tennis. Tout se joue dans les préparations précédant le tournoi, car une fois sur le terrain, tout doit être rodé. Le public nous voit sur ce court gigantesque avec de beaux vêtements. Tout est superbe, mais ce n’est pas la vraie vie. La vie à proprement parler, ce sont les larmes et l'angoisse avant et à l’issue du jeu, au vestiaire quand personne ne regarde, ainsi que les interminables heures d’entraînement.

À chaque fois que j'entre sur le court, je sais que je dois être forte. Il arrive un moment où il faut dépasser ses appréhensions. Avoir des peurs est une bonne chose, cela nous rappelle ce que nous voulons vraiment. J’aime gagner, être sur le court et jouer avec un esprit de compétition. Je sais que la personne en face de moi veut gagner, mais j’en ai encore plus envie qu’elle.

Chacun a des attentes personnelles et je pense que la grandeur, c’est quand on atteint ses propres objectifs, peu importe leur degré d’ambition. 2014 a été une année d'exception, je suis arrivée au quatrième tour à l’Open d’Australie et j’ai gagné contre l’héroïne de mon enfance, Serena Williams, pour la première fois, avant de constater que je faisais partie du top 20, ce qui représente une énorme avancée pour moi. 

La montre Rolex de Garbiñe Muguruza

Depuis mon enfance, mes parents ont une Rolex chacun, et j’ai toujours voulu en posséder une également. Mais mon père m’a toujours dit : « Il faut la mériter et travailler dur ; un jour tu auras la chance d’en acheter une toi-même. » À la fin de cette année-là, j’ai senti que le moment était finalement venu, que c’était une belle récompense pour ce que j’avais accompli.

Je voulais une récompense au diapason de mon année, quelque chose qui me rappellerait toujours ce moment précédant de nouveaux horizons. À Noël, cette année, j’ai emmené mes parents avec moi pour aller chercher ma toute première montre, gravée à mon nom avec la mention « 2014 ».

Quand je regarde cette montre aujourd’hui, je vois du bonheur. Je me vois travailler dur pour ce que je voulais, je me vois devenir une femme indépendante. Je me vois tout sacrifier pour accomplir mes rêves.