Le boîtier Oyster constitue une étape clé dans l’histoire de l’horlogerie contemporaine. Inventé par Rolex en 1926, il est le premier boîtier de montre-bracelet étanche au monde grâce à un système breveté de lunette, de fond de boîtier et de couronne de remontoir vissés sur la carrure. Symbole d’étanchéité et de robustesse, modèle de proportions et d’élégance, il marie avec éclat forme et fonction, quel que soit le matériau dans lequel il est forgé : acier Oystersteel, or 18 ct ou platine 950.

  • La force
    d’un concept

    Boîtier Oyster

  • Aujourd’hui, grâce à la construction hermétique du boîtier, toutes les montres Rolex Oyster sont garanties étanches au moins jusqu’à 100 mètres (330 pieds) et jusqu'à 3 900 mètres (12 800 pieds) pour la Rolex Deepsea, la montre des plongeurs de l'extrême.

  • CARRURE MASSIVE
    La carrure du boîtier Oyster (partie centrale) est étampée et usinée dans un bloc massif d’acier Oystersteel, d’or 18 ct ou de platine. Extrêmement robuste, elle forme l’ossature du boîtier sur laquelle les autres éléments sont solidement fixés. Sur le flanc de carrure de certains modèles Professionnels, un épaulement protège-couronne est taillé directement dans la masse.

  • FOND VISSÉ À CANNELURES ROLEX 
    Le fond du boîtier Oyster est hermétiquement vissé à la carrure. Les cannelures caractéristiques des fonds de boîtier Rolex, héritées de celles du modèle Oyster de 1926, servent de prise à un outil spécial dont seuls les horlogers agréés Rolex disposent pour accéder au mouvement.

Couronnée de succès

LA COURONNE DE REMONTOIR

Petit bijou de technologie, la couronne de remontoir se compose d’environ dix parties et est vissée hermétiquement au boîtier de la montre. Rolex a ainsi conçu, pour la première fois dans l’histoire de l’horlogerie, une couronne de remontoir étanche, interface sécurisée entre le monde protégé et scellé de la montre et les éléments nocifs du monde extérieur.

Les couronnes de remontoir Rolex Twinlock et Triplock comprennent respectivement deux et trois zones scellées pour garantir la même étanchéité qu’un sas de sous-marin.

Savoir-faire boîtier Oyster couronne de remontoir

Le boîtier Oyster constitue une étape clé dans l’histoire de l’horlogerie contemporaine.

loupe Cyclope

Une loupe brevetée par Rolex en 1953 pour agrandir la date emblématique de la Datejust. Tire son nom des géants à un œil de la mythologie grecque. Un signe distinctif des montres Rolex, aisément reconnaissable à distance. Fabriquée dans le même saphir pratiquement inrayable que la glace à laquelle elle est fixée. Munie d'un double revêtement anti-reflets pour une lisibilité optimale de la date.

Savoir-faire boîtier Oyster loupe Cyclope
  • La lunette

    Forme et fonction

  • Chez Rolex, forme et fonction vont souvent de pair. C’est particulièrement vrai pour la lunette, composant essentiel de la  forte identité visuelle des montres Oyster. Au fil des ans, les lunettes se sont déclinées en une grande variété de formes, offrant de nouvelles fonctions selon le type de montre : temps de plongée, deuxième fuseau horaire, affichage 24 heures, échelle tachymétrique, etc.

  • LA LUNETTE CANNELÉE 
    Au départ, les cannelures de la lunette Oyster  avaient un but fonctionnel : elles servaient à visser la lunette sur le boîtier, de manière à garantir l’étanchéité de la montre. De plus, elles étaient identiques aux cannelures présentes sur le fond de boîtier, lui aussi vissé sur le boîtier pour la même raison, au moyen d’outils Rolex spécifiques. Avec le temps, les cannelures sont devenues un élément purement esthétique, la signature de Rolex. Aujourd'hui la lunette cannelée est une spécificité de la marque, exclusivement en or.