L’histoire de Rolex

Découvrez le lien étroit qui l’unit à l’esprit visionnaire d’Hans Wilsdorf, son fondateur

La première montre-bracelet étanche

1926

En 1926, une étape majeure est franchie avec la création de la première montre étanche à l’eau et à la poussière. Baptisée « Oyster » (« huître » en anglais), cette montre au boîtier hermétique comme un coffre-fort garantit une protection optimale du mouvement.

Le défi de la Manche

1927

Il est une chose de déclarer qu’une montre est étanche. Il en est une autre de le prouver. En 1927, une Rolex Oyster traverse la Manche arrimée au poignet d’une jeune nageuse anglaise, Mercedes Gleitze. La traversée durera 10 heures et la montre sortira de l’eau en parfait état de marche.

Le concept de Témoignage

1927

Pour promouvoir la réussite de cette traversée de la Manche auprès du grand public, Rolex s’offre une publicité pleine page en une du Daily Mail, vantant l’étanchéité de ses montres. Cet épisode marque la naissance du concept de Témoignage.

Le mouvement Perpetual

Le mouvement Perpetual

1931

En 1931, Rolex met au point un système de remontage automatique à rotor Perpetual, qui permet de remonter la montre par les simples mouvements du poignet. Ce système ingénieux est à l’origine de tous les mécanismes que l’on retrouve aujourd’hui dans les montres automatiques modernes.

Le survol
de l’Everest

1933

La première expédition qui survola l’Everest était équipée de montres Rolex Oyster qui donnèrent entière satisfaction à l’équipage.

Un laboratoire
grandeur nature

1935

Rolex entrevoit une formidable occasion de tester, peaufiner et mettre en exergue les performances techniques de l’Oyster. Reste à diversifier les mises en situation de son produit phare : désormais, les domaines du sport, de l’aviation, de la course automobile et de l’expédition constitueront autant de laboratoires vivants et de plates-formes de visibilité pour la montre de tous les défis.

Sir Malcolm Campbell

1935

Dans les années 1930, Rolex s’associe à l’un des pilotes les plus rapides du monde, Malcolm Campbell, pour aller toujours plus loin dans la recherche de vitesse. Le 4 septembre 1935, ce « roi de la vitesse » établit à Bonneville Salk Flats, dans l’Utah, un record de vitesse terrestre à plus de 485 km/h au volant de son bolide Bluebird, une montre Rolex au poignet. Sir Malcolm améliorera ce record neuf fois entre 1924 et 1935, dont cinq fois en Floride, à Daytona Beach.

Lettre à Rolex

1935

« Cela fait un bon moment que j’utilise ma montre Rolex, et sa précision est restée intacte malgré les conditions extrêmes qu’elle a dû affronter. » Sir Malcolm Campbell

La première Datejust

1945

L’année 1945 voit naître la Datejust, la première montre-bracelet chronomètre à remontage automatique à afficher la date dans un guichet sur le cadran. Montre de prestige, la Datejust est équipée d’un bracelet Jubilé créé spécialement pour elle et d’une lunette cannelée, ce qui la rend immédiatement reconnaissable en tant que Rolex. À l’origine uniquement disponible en version pour homme, elle se déclinera en différents modèles féminins au cours de la décennie suivante.

L’homme mystère

1947

En 1947, à l’occasion de la commémoration de la 100 000e montre de la marque certifiée chronomètre, Hans Wilsdorf présente la Datejust à un homme illustre qu’il considère comme l’une des plus grandes personnalités de l’époque. À ce jour, son identité n’a toujours pas été révélée.